Posts Published by Kaspy

Messager

Pas une flèche, ce Drouot ?

En juin 2015, BFMTV avait diffusé en direct la reconstitution de la bataille de Waterloo. Un invité du plateau – un historien qui a pignon sur rue, un « pape » de l’histoire napoléonienne – avait cité : « Drouot n’était pas une flèche ». Cette phrase a choqué légitimement les passionnés de l’Histoire du Premier Empire, car il faut être profondément ignorant pour juger ainsi le meilleur officier d’artillerie de l’Empire.

Qui est le général Drouot ?
Alors pour cet « historien » et pour tous ceux qui prennent pour argent comptant ce que disent les « historiens », voici un petit rappel sur Antoine Drouot : Le général Drouot était commandant d’artillerie dans la Garde impériale, l’élite des armées napoléoniennes.

Napoléon dira de lui : « Il n’existait pas deux officiers dans le monde pareils, à Murat pour la cavalerie et à Drouot pour l’artillerie. »

Il fit des études et posa sa candidature pour l’école d’artillerie de Châlons-en-Champagne. Il répondit aux questions du mathématicien Laplace pendant son examen. Et par la suite, Laplace en parla à Napoléon, tellement il l’avait marqué.

Lire +

Napoléon a gagné à Waterloo

En juin 2015, c’était le bicentenaire de la bataille de Waterloo… La « petite chanson » des auteurs opportunistes pouvait prendre la suite. Il y a ce genre de refrain : « À Sainte-Hélène, Napoléon analyse Waterloo à sa façon ; il ne connait pas l’autocritique, il rejette ses fautes sur les autres ».

Ainsi donc, Napoléon serait imbu de sa personne, escroquerait les lecteurs, et calomnierait ses ex-subalternes. Peu importe les faits et ses arguments, Napoléon a tort et le maréchal Grouchy, réhabilité, devient le « malheureux » Grouchy…

On peut entendre également : « Gagner la bataille de Waterloo n’aurait servi à rien, l’aventure des Cent-Jours était vouée à l’échec… Napoléon serait le fossoyeur de la Révolution, un dictateur qui avait muselé le droit de presse, et qui maniait son pays d’une main de fer ».

Lire +