BURNOUS DE NAPOLÉON

Le burnous de Napoléon, ce manteau mystérieux n’avait jamais été étudié auparavant, et que cela soit clair pour tous ceux qui viennent à lire cet article, et aussi pour les petits malins : c’est le Carré impérial, sous la direction d’Édi Miranda, qui est le 1er organisme au monde à effectuer des investigations sur ce manteau ! (Publication officielle le 18 juin 2015 à 20h00, spécialement pour le bicentenaire de la bataille de Waterloo).

Ce manteau, d’une beauté rare et pratiquement inconnu du public, est appelé « Burnous ». Il aurait appartenu à l’Empereur Napoléon 1er, et de nos jours, il fait partie des collections royales de la Reine Élisabeth II d’Angleterre.

Comment ce surprenant « Burnous » a-t-il pu arriver chez elle  ?

Voyons voir…

DESCRIPTION

Ce burnous est un modèle d’inspiration orientale. C’est une longue cape de laine rouge avec un capuchon pointu, appelé « aqelmun », orné d’un volumineux pompon de soie, appelé « helluṭa ». Ce burnous, ouvert devant, est relié sur la poitrine par une pièce de laine brodée, appelée « sder ». Sur le pourtour de l’aqelmun et du buste, on y observe des broderies en forme de trèfles et d’arabesques, ainsi que plusieurs pompons de soie appelés « tauskint ». Il est orné en son intérieur d’un brocart de soie or parsemé de bouquets de fleurs et d’un appliqué de soie violine. Un chiffre « N » en fil d’argent y est brodé.

AU SOIR DE WATERLOO

Blucher-Napoleon-burnousD’après une lettre manuscrite du feld-maréchal prussien von Blücher, datée du 20 juin 1815, Napoléon était en voiture au soir de la bataille de Waterloo quand il fut surpris par l’avant-garde prussienne. Pour l’éviter, il abandonna sa voiture et s’enfuit à cheval.

Blücher explique que le chapeau et l’épée de Napoléon avaient été trouvés à proximité. Immédiatement, ces deux objets ont été envoyés au prince régent d’Angleterre, le futur George IV.

Cependant, Blücher garda la voiture ainsi qu’un manteau et une longue vue trouvés à l’intérieur. Il précise que le manteau est un burnous étatique aux broderies magnifiques.

Dans une autre lettre datée du 25 juin 1815 à son épouse, il le considère comme splendide.

Et quelques semaines plus tard, il le présente au prince régent.

NOSTITZ

Tipu-sahib-Napoleon-burnousMalgré la rareté de la bibliographie de ce burnous, j’ai pu trouver un témoignage du comte Nostitz, l’aide de camp de Blücher.

En 1852, après avoir assisté aux funérailles du duc de Wellington, il fut accueilli avec quelques invités au château de Windsor.

Lorsqu’on lui montra le trône de Tipu Sahib, dans l’arsenal du prince Consort, il dit :

Eh bien, voici le trône, mais où est le manteau de Napoléon ?

Comme personne ne comprenait, il expliqua que Blücher avait envoyé le manteau de Napoléon au Prince Régent et que ce manteau était posé sur le trône du Tipu Sahib, cela combinait deux trophées symbolisant l’Orient et l’Occident.

Les informations ne venant pas, le burnous semblait avoir été perdu. Cependant, à son retour dans sa ville de Slough, un messager de Windsor lui apporta un manteau et lui demanda si c’était celui de Napoléon. Après une rapide inspection, le comte Nostitz dit :

Je suis entièrement satisfait, c’est le manteau des mamelucks ! Avant de l’envoyer en Angleterre, j’avais fait une marque dans l’un de ses coins. Regardons bien si cette marque y est.

Selon l’histoire, la marque fut trouvée et le burnous de Napoléon avait été remis sur le trône de Tipu Sahib.

EXAMEN

Cependant, j’ai demandé une collaboration avec le département des arts décoratifs du Palais de Buckingham pour savoir si la marque de Nostitz figurait bien sur le burnous. Et la direction, après vérification, a indiqué qu’aucune marque spéciale n’avait été trouvée.

Le mystère reste donc entier…

De quelle marque, Nostitz parlait-il ? Disait-il la vérité ?

Ce burnous avait-il disparu ? Était-il posé sur le trône de Tipu Sahib ?

L’absence de certaines sources historiques et notre examen soulèvent de nouvelles questions.

Pourquoi Napoléon avait-il un burnous dans sa voiture durant la campagne de Belgique ? Que pensait-il en faire ?

Devons-nous imaginer Napoléon portant ce burnous, après avoir gagné Waterloo (si cela avait été le cas) ?


Je remercie le Département des Arts décoratifs du Palais de Buckingham pour cette collaboration précieuse.

Nota de Loïck Bouvier : Le burnous symbolise le trophée du monde Occident, et le trône de Tipu Sahib symbolise le monde oriental. Le Royaume-Unis domine depuis Waterloo ces 2 mondes, au niveau commercial. Il est possible que Napoléon ait reçu un présent venant de marins orientaux sur l’île d’Elbe, mais ça n’engage que moi…

(Visited 15 times, 1 visits today)

1 Réaction

  1. Jean-Claude Damamme 28 juin 2015 at

    Soyons familier(s) : alors, là, je dis « Chapeau le Carré ».
    Très belle découverte, et excellent « papier », très pointu sans être rébarbatif.
    Belle enquête. Très séduisante également, la théorie émise par Loïck Bouvier.
    De la « belle ouvrage ».
    Cela posé, les amis, sans être (trop) être pessimiste, ne vous attendez pas à un quelconque satisfecit, voire à une modeste mention, de la part des « Autorités » (comme j’aime ce vocable pompeux !) dans leurs diverses publications.
    Et vous savez ce qui arrive aux têtes qui dépassent sans avoir demandé la permission ? Alors prudence.
    Bien amicalement à tous.

    Jean-Claude Damamme

    Réagir

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *