Interdiction d’un livre sur Napoléon : la révolte de Jean-Claude Damamme

Ce qui suit est une parodie de l’interview de Thierry Lentz au Figarovox. Libre à chacun de réfléchir.

JIVAROX – Dans un entretien au JIVAROX, le discret écrivain Jean-Claude Damamme s’exprime suite à l’interdiction de son livre sur Napoléon qu’il devait publier au monde francophone. Le Pape de la Napoléonie, ainsi que le Dikvador du palais Saint Hilaire, ont jugé « qu’il n’était pas opportun que l’on vienne manger à leur table ». Jean-Claude Damamme est, avec le fondateur du Carré Impérial Loïck Bouvier, l’un des plus actifs défenseurs de Napoléon et de son épopée. Il a publié sur ce sujet de nombreux ouvrages, dont « Les soldats de la Grande Armée » aux éditions Perrin.


JIVAROX : Le Pape de la Napoléonie vient d’interdire votre livre sur Napoléon, comprenez-vous cette décision ?

Jean-Claude Damamme : Ils étaient nombreux à me prévenir que défendre Napoléon, c’est marcher en terrain miné. Le Pape de la Napoléonie, en prenant connaissance de mes manuscrits, a immédiatement interdit la production au motif, qu’il ne veut pas « que je vienne manger à leur table ». Qu’il fasse des différenciations, ça le regarde, mais je suis étonné que le « prétendu plus grand historien de Napoléon » ait la crainte de perdre des calories.

Panique au palais Saint-Hilaire…

Fondation Napoléon

JIVAROX : Sur son compte Facebook, Dikvador prétend que le livre n’a jamais été interdit, et que vous surfez sur la mode complotiste… Contestez-vous cette version ?

JCD : Complotiste ? Quel toupet ! Mon livre était à la signature depuis quelques années. Sans fanfaronner, le patron des éditions Perrin voulait que je prenne la suite d’un auteur célèbre décédé…, parce que disait-il, tout éditeur a besoin d’un écrivain napoléonien. Je vous laisse imaginer la panique au palais Saint-Hilaire… On est en droit de s’interroger sur quelles compétences ce Dikvador siège, depuis plus de vingt ans, sur le trône de ce palais, et sur quels motifs il passe sous silence l’empoisonnement de Napoléon avec les analyses réalisées à l’université du grand duché du Luxembourg (Professeur Robert Wennig, directeur du Département de toxicologie) et celles du laboratoire Chemtox d’Illkirch, leader dans ce domaine (Professeur Pascal Kintz). Je signale en outre que lors de la commémoration de la bataille de Waterloo en 2015, l’actuel directeur de Perrin a refusé de réimprimer mon livre sur le sujet. Prétexte invoqué : il ne se vendait pas. Pour cause : il était épuisé. Le vrai prétexte était, en fait, de ne pas faire d’ombre à celui de Dikvador qui allait être publié.

Le Pape et Dikvador appliquent la stratégie de l’édredon

JIVAROX : Assiste-t-on à une régression de la liberté d’expression ?

JCD : Si certains viennent juste de se réveiller de leur léthargie, je rappelle que cela fait de nombreuses années que la liberté d’expression régresse en France, peut-être même depuis plusieurs décennies. Il suffit juste d’observer le bannissement et les condamnations absurdes de quelques humoristes et intellectuels. Mais il est certain que le Pape et Dikvador appliquent la stratégie de l’édredon : limiter, étouffer, isoler toute tête qui viendrait tenter de critiquer « Leur » Histoire officielle de Napoléon afin d’avoir le grand boulevard sur l’édition. Ainsi ils décrètent qui a le droit, qui n’a pas le droit, et avec les millions d’euros reçus en héritage par M. Lapeyre, ils peuvent se permettre de corrompre leurs quelques 456 « bénévoles », qu’ils nomment « la petite armée ».

Le palais Saint-Hilaire collabore avec la London Tower

JIVAROX : Cela est-il lié à l’influence d’organismes occultes ?

JCD : Il y a des organismes occultes, d’autres ne se cachent plus. Tout le monde sait que le Pape de la Napoléonie est un Royaliste convaincu, qu’il y a des franc-maçons, et des apôtres du républicanisme fanatique. Et depuis que le palais Saint-Hilaire collabore avec la London Tower, sous concerto, les crimes de l’Angleterre sont « planqués » ! Doit-on encore rappeler les faits ? Silence sur le document George III déclarant la guerre à Napoléon ; dissimulation de la tentative d’assassinat du Premier Consul rue Saint-Nicaise, un « exploit » commandité par Londres ; voile opaque sur l’abjection que constitue la déportation des soldats français à bord des pontons ; et absolument rien sur l’assassinat du Tsar Paul 1er.

Tout cela est un coup de com

école de commerce Audencia

JIVAROX : Le Dikvador s’est plaint d’avoir été désinvité par l’école de commerce Audencia. Il n’y a donc pas que vous qui êtes interdit…

JCD : Qui peut croire encore à l’énième mascarade de Dikvador, à part les plus crédules ? Tout cela est un coup de communication bien connu des initiés pour faire réagir, émouvoir la communauté de la droite des valeurs, et aussi, c’est inscrit sur son petit front : pour essayer de relancer la vente de ses livres qui peine à décoller, d’ailleurs, à voir les statistiques, on se demande si le décollage a vraiment eu lieu. Alors pour le Dikvador, tel un marchand du temple, tous les coups les plus sordides sont permis pour vivre sur le nom « Napoléon », quitte à se faire passer pour son sauveur, l’horizon du bicentenaire de 2021 en vue. D’ailleurs, comme par hasard, sous les 24h, il n’est plus interdit, mais reporté à une date ultérieure. Quel comédien ! Dikvador a oublié que les écrits restent, et que les exemples où il casse l’Empereur sont nombreux, comme cette phrase relevée dans un de ses livres :

« Napoléon fait partie de ces hommes, de Charlemagne aux dictateurs du XXe siècle, qui ont essayé d’unifier l’Europe par la guerre »(sic).

À part si on fait exprès de ne pas comprendre le sens de cette phrase, les autres qui l’adulent sur Facebook ont un sérieux problème intérieur, à tel point de se demander s’ils n’ont pas été envoûtés. Il ne suffit donc pas de porter l’habit blanc, encore faut-il avoir le cœur brave et sincère, et ce Dikvador ne voit que son propre intérêt comme une girouette, rien d’étonnant à ce qu’il loue Talleyrand. Le pire est qu’à force de rester confiné dans son palais et d’aller de salon en salon, il n’ait plus la conscience du réel…

Finalement, il est très féminin dans son attitude

Thierry Lentz au Figarovox

JIVAROX : Dikvador a annoncé sur le Figarovox que Napoléon n’est pas controversé si l’on fait de l’histoire. Qu’en pensez-vous ?

JCD : Il n’y a pas à réexpliquer qui est Napoléon. Mais c’est étrange car sa phrase pourrait être celle du fondateur du Carré Impérial Loïck Bouvier. D’autant plus étrange qu’en dix ans d’observation, Dikvador n’a jamais tenu ce genre de propos. Il est très aisé de lui trouver des contradictions, des incohérences. Il est donc encore une fois dans l’hypocrisie qui le caractérise, c’est à dire dans le double langage, dans l’entre-deux, dans l’objectivité propre aux hommes dévirilisés. Finalement, il est très féminin dans son attitude, il souhaite séduire la droite des valeurs, tout simplement, dont le but concret est d’avoir un potentiel d’acheteurs. Pas certain que cet individu fasse naître une œuvre, et marque l’Histoire des hommes.

Partage pour + d'impact