Les pontons – l’ineffaçable infamie de l’Angleterre – épisode 3

Voici le 3e épisode des « pontons britanniques »… Sachez que le 1er épisode a déjà choqué Madame Sophie Muffat, conférencière pour la Fondation Napoléon (article en ligne). Et bien continuons à choquer, continuons à diffuser la vérité sur cette affaire, comme l’avait souhaité le Grand Napoléon. La question « La Fondation Napoléon “planque-t-elle” les crimes de l’Angleterre ? » fera encore trembler les salons parisiens. ENGLISH MALBOUFFE Compte tenu de la réputation bien établie de l’Angleterre en matière de gastronomie – si tant est que ce mot se puisse appliquer à la nourriture donnée…

Lire la suite

Les pontons – l’ineffaçable infamie de l’Angleterre – épisode 2

Voici le 2e épisode des « pontons britanniques »… Sachez que le 1er épisode a déjà choqué Madame Sophie Muffat, conférencière pour la Fondation Napoléon (article en ligne). Et bien continuons à choquer, continuons à diffuser la vérité sur cette affaire, comme l’avait souhaité le Grand Napoléon. La question « La Fondation Napoléon “planque-t-elle” les crimes de l’Angleterre ? » fera encore trembler les salons parisiens. DOUBLE PEINE Par un étrange coup du sort, certains soldats et marins, faits prisonniers dans la Péninsule, tâtèrent d’abord des pontons espagnols. Après avoir été ballottés de villages en villages, sous les vexations, les…

Lire la suite

Les pontons – Réponse à Madame Sophie Muffat

La publication du premier épisode « Les pontons – l’ineffaçable infamie de l’Angleterre » a causé un petit séisme dans la Napoléonie. Madame Sophie Muffat, « historienne de la marine » et conférencière pour la Fondation Napoléon, très agacée, a tenté de réagir à l’excellent article de Jean-Claude Damamme, puis s’est perdue dans des explications hors-sujet qui barbent. Qu’elle se rassure, d’autres secousses arrivent bientôt… Réaction de Sophie Muffat « historienne de la marine »… « Permettez-moi de nuancer votre article. Je suis moi aussi historienne de la marine (et je donnais il y a deux soirs une conférence à la Fondation…)….

Lire la suite

Les pontons – l’ineffaçable infamie de l’Angleterre – épisode 1

Découvrez une série d’épisodes sur un sujet « interdit » : les pontons britanniques. L’article précédent annonçant celui-ci posait cette question : « La Fondation Napoléon “planque-t-elle” les crimes de l’Angleterre ? ». Je pense que la réponse se trouve dans les lignes qui suivent. Dan Snow, journaliste au « Telegraph » : Napoléon était un dictateur brutal et impitoyable. Comment, avec ce qui va suivre, résister au devoir de mettre une fois encore en exergue le jugement insultant de ce triste « Sir » ? Quiconque s’intéresse à l’histoire du Premier Empire, donc à l’histoire des guerres de Coalition – bien connue sous leur appellation tordue…

Lire la suite

J’avais un camarade

Quand j’accomplissais mon service militaire « volontaire », outre-Moselle, dans la magnifique région viticole de la « Saarland », il arrivait souvent que nous chantions « J’avais un camarade » (l’autre nom « la cavalcade ») à l’occasion des mouvements de section. Ce chant d’un pas lent produisait une certaine émotion et permettait de consolider la cohésion de groupe. Mais j’avoue que nous étions tellement focalisés par les ordres et l’exécution qu’aucun de nous ne s’était posé la question de son origine. J’appris récemment que  l’origine venait du début XIXe siècle. L’auteur, Ludwig Ulhand, a écrit ce poème « Der gute Kamerad » (le bon…

Lire la suite

La fondation Napoléon « planque-t-elle » les crimes de l’Angleterre ?

La Fondation Napoléon m’a toujours laissé perplexe. Voilà une institution qui a été créée grâce au legs de 260 millions de francs consenti, dans les années 80 (donc des francs « lourds »), au Souvenir Napoléonien – ce qui a permis la naissance de la Fondation – par un admirateur passionné de Napoléon, l’industriel Martial Lapeyre. Son but : faire connaître Napoléon – le vrai – c’est-à-dire l’homme prodigieux dont l’œuvre civile – moins spectaculaire, certes, que ses campagnes militaires – obligées – tira la France de la fange dans laquelle elle croupissait depuis la fin de la…

Lire la suite