SAVON D’ALEP

Des flacons en plastique avaient envahi la salle de bain. Ils mettaient un peu de couleurs sur ces murs de carreaux blancs. Leurs noms, slogans et senteurs charmaient, donnaient l’impression de voyager sous les tropiques, donnaient l’impression de bien-être le matin avant d’aller chercher le salaire ou le soir avant d’aller retrouver Morphée. Et une fois vides, ils partaient à la poubelle, en plastique, évidemment.

Un jour, quand branches et racines se sont reparlées, un savon prit la place vacante. La génération « plastique » a été choquée de le voir régner en solitaire sur le rebord de la baignoire, sans emballage, 100% nature sans le label « bio » des bourgeois-bohème, et tatoué en arabe. En fait, ce savon lavait et guérissait depuis des millénaires, en toute humilité.

BIO-GRAPHIE

Né il y a environ 4000 ans en Syrie, plus précisément à Alep. En araméen, cette cité s’appelle Halaba, qui signifie cité blanche, en référence à sa couleur de terre et à son marbre abondant ; en grec, elle s’appelle Βέροια, Beroia. Depuis l’Antiquité, c’est un carrefour stratégique au niveau militaire et commercial, entre la mer Méditerranée, porte de l’Europe (Occident), et la Mésopotamie, porte de l’Asie (Orient).

Savon - Alexandre

Alep fut successivement sous contrôle des Amorrites du Yamkhad, des Hittites, d’Alexandre le Grand, des Séleucides, des Arméniens, des Romains, des Byzantins (Romains d’Orient), des Umeyyades, des Hamdanides, des Fatimides, des Seldjoukides, des Zengides, de Saladin, des Ayyoubides, des Mongols, des Mamelucks, des Ottomans, et des Britanniques… Un lieu toujours convoité.

À la fin du XVIIIe siècle, l’armée de Napoléon le redécouvrit durant l’expédition orientale…

100% NATUREL

Le savon d’Alep est reconnaissable par sa forme cubique, sa surface brune claire ou foncée, son intérieur vert, et son sceau en langue arabe du maître savonnier. Celui-ci garde le secret de la saponification et le transmet à son fils comme l’exige la tradition ancestrale.

Savon

Le savon d’Alep ne contient que trois ingrédients naturels : 90 à 95% d’huile d’olive (sodium olivate) qui nourrit et adoucit la peau, 5% d’huile de baies de laurier (sodium laurus nobiliate) qui purifie la peau, et un peu de soude végétale issue de l’incinération de la salicorne (salicornia, plante poussant en bord de mer).

Attention à la contrefaçon car le véritable n’a aucun produit de synthèse, aucun solvant, aucun colorant, aucun fixateur de parfum, aucun dérivé de graisse animale.

Il a besoin de 10 à 12 mois de séchage pour arriver à maturité et être commercialisé (entre 2 et 4 euros en France). Plus son séchage est long, plus il se bonifie. Il peut être conservé ensuite dans une commode, une armoire, ou une bibliothèque, son parfum répulse les mites.

En cas de maladie de peau comme l’eczéma, l’acné, ou le psoriasis, il faudra utiliser « temporairement » un savon d’Alep ayant 10 à 50% d’huile de baies de laurier. Plus le pourcentage est élevé, plus il décape ; plus cher aussi de quelques euros.

Après chaque lavage, le savon laisse un voile protecteur sur la peau.

En expédition, il s’est révélé idéal, efficace pour laver le visage, le corps, les mains, les cheveux, et également le linge. Il fait partie du paquetage Carré Impérial depuis quelques années.

LES +
POUR TOUTES LES PEAUX – NATUREL – MULTIUSAGE – PROTÈGE – PURIFIE – NOURRIT – ANTIMITES

(Visited 9 times, 1 visits today)

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *