Posts tagged Fondation Napoleon

Le lamento du directeur

Si nous ne le connaissions aussi bien, il pourrait (presque) nous tirer des larmes. Dans sa chronique du mois de juin 2019 intitulée « Le métier d’historien, la vérité ou la légende ? », le directeur de la Fondation Napoléon évoque le Mémorial de Sainte-Hélène, plus précisément celui revu, corrigé et (furieusement) élagué par ses soins et ceux de ses collègues.

Il ouvre sa chronique en tançant un « plumitif » ‑ toujours un tantinet méprisant le juriste-historien ! ‑ par cette phrase :

« Dans “L’homme qui tua Liberty Valance”, célèbre film de John Ford, un journaliste livre sans pudeur sa [la sienne ou celle de Ford ?] conception du métier : “Si la légende est plus belle que la réalité, imprimez la légende”. C’est évidemment ce qu’un plumitif ne doit pas faire, et le fait que bien des membres de la confrérie l’ait oublié n’est pas le sujet de cette chronique. »

Alors, pourquoi en parler ?

Partage pour + d'impact

Lire +

SOMMES-NOUS POLÉMISTES ?

Certains reprochent au « Carré Impérial » de ne faire que de la polémique. Une mise au point s’impose donc. Lorsque Jean Tulard décrit complaisamment l’intimité de Napoléon en insistant lourdement sur sa « modestie » supposée ‑ au fait, c’est de l’histoire, cela ? ‑ il s’abaisse au niveau d’un Claude Ribbe. Qui s’insurge contre la révoltante obscénité du propos ? PERSONNE. Lorsque le même nous gratifie de la description,…

Lire +

Partage pour + d'impact

LA PRATIQUE LES TUE

Le 15 août, jour de l’Assomption de Marie et jour de naissance de Napoléon. L’Empereur en est à son 250e anniversaire, et en a profité pour être dans les tendances Twitter. Twitter est ce réseau social où l’Homo degeneratus occidental évacue en messages courts ses frustrations. Comme il n’y a pas de guerre en Occident, chacun comble l’ennui en réalisant le rêve d’être le centre…

Lire +

Partage pour + d'impact

CONFIRMATION : La Fondation Napoléon « planque » les crimes de l’Angleterre

ET LA RÉPONSE EST… Pour une nouvelle, ce fut une bonne nouvelle : un document écrit de la main du roi d’Angleterre George III dans laquelle le souverain fait part de son intention de déclarer la guerre à la France venait de faire surface ! Plus précisément, cela aurait pu – et dû – être une grande, une très grande nouvelle. On verra plus loin la raison de ce conditionnel restrictif. On pouvait raisonnablement espérer et penser que ce document exceptionnel – il est évoqué sur le site du « Carré » sous le titre : « George III déclare la guerre à Napoléon » – aurait fait l’objet de la plus large diffusion possible, puisqu’il démontre sans aucune ambiguïté la responsabilité – totale – de l’Angleterre dans le déclenchement des fameuses guerres napoléoniennes.

Et que s’est-il passé ?

La réponse tient en un seul mot d’une simplicité biblique : RIEN.

Sur les moteurs de recherche, je n’ai rien trouvé.
Recherche, titre par titre, dans les principaux médias français : résultat identique.
Finalement, je me suis dirigé vers le seul site sur lequel, je n’en doutais pas, j’étais certain de débusquer un article un peu consistant sur cette pépite : celui de la Fondation Napoléon, évidemment.
Ce fut la même désolation.

Partage pour + d'impact

Lire +